Enquête sur les pratiques de Jean-Marc Morandini

Jean-Marc Morandini

Europe 1 peut-elle continuer à accueillir Jean-Marc  Morandini dans ses murs, et sur son antenne ? La réponse ne devrait pas tarder à tomber : une enquête parue ce mardi 12 juillet dans les Inrocks révèle que l’animateur du Grand Direct (9-12h) aurait organisé au moins un casting de comédiens dans les locaux de la station. Une séance d’un genre particulier, puisque le producteur aurait demandé au jeune homme, Gabriel Picq, de se mettre nu devant lui, avant de le photographier avec son smartphone… A Europe 1, le branle-bas de combat a pris la forme d’une réunion de crise qui, vers 19 heures, a donné lieu à cette déclaration prudente : « La direction découvre cet article et les allégations qu’elle contient et dont elle ignore tout. Elle a interrogé Jean-Marc Morandini qui les dément formellement et qui l’a informée de son intention de porter plainte ».

Image site les InRocks

Image site les InRocks

L’enquête de Fanny Marlier, longue de huit pages, est édifiante. Unique gérant de la société Ne Zappez pas, Jean-Marc Morandini a cherché, il y a quelques mois, à produire un programme court intitulé Les Faucons, où serait narrée « la vie d’une équipe de foot dans une banlieue parisienne ». Trois des quatre épisodes tournés ont effectivement été mis en ligne sur la chaîne Dailymotion du producteur… Selon des sources internes, la version gratuite du premier (dans lequel l’animateur apparaît) aurait été visionné 45 000 fois. Ils ont tous été rendus inaccessibles au public par l’équipe de l’animateur il y a quinze jours.

Sous couvert de tourner des scènes de vestiaires, la directrice de casting de la websérie, une dénommée Catherine, demandait par mail aux jeunes candidats de se montrer nus et « sans tabou ». Selon le récit des Inrocks, elle aurait même proposé à au moins l’un des témoins de tourner une scène de fellation avec Jean-Marc Morandini en personne… Le producteur, dit-elle, est « amusé » par le projet. Elle-même se montre parfois pressante ; elle raconte que son fils de 15 ans a participé au casting sous ses yeux amusés ; elle encourage un comédien à venir avec son petit frère de 14 ans, lui demandant même s’ils ont déjà eu un rapport sexuel… Sauf que Catherine n’existe pas. « Parfois, elle semble oublier qu’elle est une femme et se dit “impatient », “heureux”, “désolé”, ou encore “hésitant” », écrit la journaliste de l’hebdomadaire. Dans un mail de justification envoyé à un jeune homme devenu soupçonneux, Jean-Marc Morandini admettra que « ce sont les membres de l’équipe » qui gèrent l’adresse de la délurée Catherine ; ce n’est « sûrement pas moi, car j’ai un peu autre chose à faire en ce moment de mes journées », justifie-t-il.

En CDI à Europe 1, où il règne en maître depuis quinze ans, rien n’empêche Jean-Marc Morandini de produire des émissions ou des séries pour le web ou la télévision. Sauf qu’il n’a sans doute pas le droit d’exercer ces activités dans les locaux d’Europe 1 – qui, en panne d’audience et de rentrées publicitaires, se serait bien passé d’un épisode aussi peu ragoûtant… De même, si ces accusations sont confirmées, iTélé (propriété de Vincent Bolloré, comme Dailymotion) devra sans doute se poser la question de sa collaboration avec l’animateur.

Be the first to comment on "Enquête sur les pratiques de Jean-Marc Morandini"

Leave a comment